dimanche, septembre 26, 2021

L’IGF initie une enquête sur les 43 millions USD de l’État logés dans le compte de EGAL SARL.

Lire aussi

L’inspection générale des finances (IGF) vient d’initier une enquête sur la destination de près de 43 millions USD ( 42.999.669,50 USD) logés à la BGFI Bank pour le compte de la banque centrale du Congo (BCC) puis disparus, par la suite, pour enfin se retrouver dans un compte identifié comme celui appartenant à EGAL SARL, une société privée.

Dans une correspondance datée du 5 avril 2020, l’inspecteur général des finances, Jules Alingete signifie à la directrice générale de BGFI Bank le souci de l’IGF de retracer la dite somme.

Jules Alingete affirme ,dans sa correspondance, que ces « 43 millions USD ont été logés dans le compte numéro 70010285011-72 intitulé « Banque centrale du Congo Équipements ».
« Sur la période allant du 18 juillet 2013 au 6 novembre 2013, un montant total de 42.999.669,50 USD a été transféré de la RAWBANK vers la BGFI Bank par la BCC pour être logé dans un compte ouvert dans vos livres », écrit l’IGF. Et d’ajouter : « Ce montant a été, par la suite, viré de ce compte Banque centrale du Congo Équipements au profit du compte séquestre numéro 45191026110-13 USD ouvert au nom de la société EGAL SARL ».
Un virement qui, selon l’IGF, a été effectué en quatre tranches « par les agents Kusombi Hervé et Diop Abdel Kader en appui des pièces ». Au fil du temps, constate l’IGF, ce compte séquestre a porté plusieurs numéros. « Ce qui devrait traduire une volonté de brouiller les pistes ».
À en croire l’IGF, « ce compte séquestre ne pouvait être mouvementé que par la BGFI Bank elle-même et en aucune façon par la société EGAL SARL ». Ce qui a fait que cette société soit mise hors cause « dans l’accusation de financement sur base des fonds publics qui avait été porté contre elle ».
Selon Jules Alingete, la BGFI Bank n’a pas pu établir « de manière irréfutable la destination donnée à près de 43 millions USD qui sont censés n’avoir jamais quittés le compte séquestre au crédit duquel ils ont été portés, sinon à l’initiative de la BGFI Bank elle-même ».
L’IGF a déclaré rester convaincu que la BGFI Bank est la seule responsable de la disparition de ce montant appartenant à l’État congolais.

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières nouvelles