jeudi, décembre 2, 2021

Economie : d’où proviennent les fonds qui ont fait augmenter les réserves de change de la RDC ?

Lire aussi

Récemment rendu publique, l’augmentation des réserves de change a été communiquée et diffusée par la gouverneure de la Banque centrale du Congo (BCC ). En parlant d’une bonne gouvernance, c’est le plus grand record que la RDC n’a jamais réalisé depuis des années. C’est donc la première fois que le pays augmente autant de réserves de change, 3,3 milliards de dollars américains, sur ses actifs monétaires aux niveaux national et international.

Par ailleurs, la gouverneure de la Banque centrale du Congo a aussi dressé la situation du taux de change au pays. « Sur le marché de change, le taux de change officiel s’est établi à 1.992,41 FC pour un dollar américain. Sur le marché parallèle, le franc congolais s’est légèrement apprécié situant le taux de change à 2.038,33 francs congolais pour un dollar américain », rapporte le compte-rendu du Gouvernement.

Les réserves de change de la RDC dépassent à nouveau le cap d’un milliard de dollars américains et passe à 3.3 milliards de dollars américains, a ajouté
Patrick Muyaya, le porte parole du Gouvernement et ministre de la Communication et des Médias.

Cette stabilité résulte de la bonne coordination des politiques budgétaire et monétaire qui doivent être maintenues en vue de renforcer cette stabilité macroéconomique.

D’où provient l’augmentation des réserves de change d’un pays et comment la RDC a t-il augmenté autant de recettes de réserves de change, d’un milliard de dollars américains à trois milliards de dollars américains en quelques mois ? Et c’est quoi la réserve de change ?

La réserve de change désigne tous les avoirs en devises et en or détenus par les banques centrales, pour garantir le cours de la monnaie nationale, et financer les importations. Cette réserve de change peut être en billets de banque, ou en bons du Trésor et obligations d’États étrangers, bénéficiant ainsi d’un intérêt.

Comment un pays peut-il augmenter ses réserves de change ?

Quand une entreprise exporte, exemple aux Etats-Unis, elle reçoit des dollars en paiement. … L’entreprise exportatrice reçoit donc sa monnaie domestique dans laquelle elle pourra payer ses impôts et ses salaires. C’est comme cela qu’une banque centrale augmente ses réserves de change en devises étrangères.

Pour le cas de la RDC,
l’allocation générale des Droits de tirage spéciaux (DTS), annoncée depuis trois semaines par le Fonds monétaire international (FMI), est entrée en vigueur le lundi 23 août dernier.
A noter que cette allocation de DTS profitera à tous les pays membres et répondra au besoin mondial des réserves à long terme. Elle stimulera la confiance et renforcera la résilience et la stabilité de l’économie mondiale. « Elle aidera particulièrement nos pays membres les plus vulnérables qui s’emploient à surmonter les effets de la crise de la COVID-19 », avait commenté Kristalina Georgieva, la directrice générale du FMI, au moment de son approbation par le conseil des gouverneurs de l’institution.

Sur le montant total, les pays africains devront bénéficier de 33 milliards de dollars. Le Fonds monétaire international a choisi d’accorder les 33 milliards de dollars américains à 14 pays d’Afrique dont la RDC qui occpe la 4eme position.

L’Afrique du Sud s’en sort avec 4,3 milliards de dollars (3 milliards de DTS), soit 0,6 %; le Nigeria avec 3,5 milliards de dollars, soit 2,4 milliards de DTS.

2,9 milliards de dollars (2 milliards de DTS) ont été attribués à l’Égypte. Et la RDC bénéficie de 1,5 milliard de dollars américains; le Maroc de 1,2 milliard de dollars américains; et l’Angola d’un milliard de dollars américains.
Quant à la Côte d’Ivoire, elle recevra un montant de 925,6 millions de dollars américains ; la Tunisie recevra 775,8 millions de dollars américains; le Sénégal 460,5 millions de dollars américains; le Cameroun 393 millions de dollars américains.

208,9 millions de dollars américains seront libérés pour le Togo ; 199 millions de dollars américains pour le Tchad; 176,1 millions de dollars américains pour le Bénin ; et 171,4 millions de dollars américains pour le Burkina Faso, a ajouté
la directrice générale du FMI. Qui fait aussi remarquer que « l’utilisation de l’allocation de DTS est faite avec précaution et en toute transparence ».

D’ailleurs, la directrice générale du FMI a déclaré avoir « recommandé aux autorités de les utiliser pour répondre aux besoins urgents et au redressement des réserves de change, conformément aux objectifs de l’initiative. Et, apprend-on, par ailleurs, les pays bénéficiaires doivent être en mesure de justifier leur utilisation pour des projets spécifiques.

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières nouvelles