samedi, septembre 25, 2021

Désignation de Denis Kadima à la tête de la CENI, Félix Tshisekedi rattrapé par sa lettre du 13 juillet 2020

Lire aussi

6 confessions religieuses ont désigné Denis kadima, président de la Commission Électorale Nationale Independante contre l’avis de l’Église catholique et protestante.

Il devra succéder à Corneille Nangaa à la tête de la centrale electorale.

Après l’entérinement à l’Assemblée nationale, le dossier de Denis kadima sera transmis sur la table du chef de l’Etat pour la signature de l’ordonnance.

Pour bien d’observateur, Félix Tshisekedi est rattrapé par sa lettre du 13 juillet adressée à jeanine Mabunda, ancienne présidente de l’Assemblée nationale.

Dans sa missive, Félix Tshisekedi avait réservé la fin de non-recevoir à la demande de l’ex présidente de la chambre basse du parlement congolais sollicitant la validation par ordonnance présidentielle de l’entertinnement de Ronsard Malonda comme président de la CENI.

Le président de la République avait motivé son refus par le fait que  la désignation  Ronsard Malonda à l’Assemblée nationale, était fortement contesté par certains membres des confessions religieuses,  catholique et protestante.

Il a souligné que le procès verbal remis à jeanine Mbunda n’était pas l’émanation du président et vice président de la composante confession religieuse conformément à l’article 7 de leur charte constitutive.

L’histoire se répète avec le choix de Denis kadima.

À l’instars de Corneille Malonda, la désignation de Denis kadima est rejetée par l’Église catholique et protestante. 

Le PV de sa désignation transmis au bureau de l’Assemblée nationale, n’a pas été signé par le président et vice président des confessions religieuses. 

Le chef de l’Etat est de nouveau mis à l’épreuve de la cohérence.

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières nouvelles