jeudi, juillet 29, 2021

Affaire congolite, Albert Moleka declare que c’est une stupidité politique.

Lire aussi

Au cours d’un entretien accordé à la rédaction du vrai journal ce vendredi 28 mai dans sa résidence située dans la commune de la Gombe, Albert Moleka souligne que l’on est stupide lorsqu’on apprend rien du passé.

Quand j’entends parler de congolite, pour moi c’est une stupidité politique sans commentaire de plus déclare cet analyste politique.

Réagissant dans un autre chapitre, en rapport avec la réforme électorale, tout en précisant que la commission électorale nationale et indépendante CENI est un organisme clé pour matérialiser la prise du pouvoir en RDC.

Si un régime contrôle la CENI et la Cour Constitutionnelle qui sont deux structures, l’une annonce le résultat et la seconde valide, ça ouvre la porte à gagner le pouvoir et de le conserver plus longtemps.

Cet ancien directeur de cabinet d’Étienne Tshisekedi dit être partisant au retour de ce qu’on faisait dans le passé qui coûté moin cher et ça fonctionnait mieux techniquement, c’est-à-dire organiser les élections par le truchement d’une direction du ministère de l’intérieur, même si le combat contre les élections truquées prendra encore du temps quand même nous aurions à économiser de l’argent.

Tout en reconnaissant qu’il n’y a jamais eu une commission électorale en Afrique qu’elle soit indépendante.

En ce qui concerne la cellule nationale de renseignement financier CENAREF, qui vient de saisir la Cour Constitutionnelle de pouvoir lui mettre en sa disposition les copies de déclaration de patrimoine en amont comme en aval de tous les membres du gouvernement Ilungamba, conformément à son article 19 de la constitution.

C’est tout à fait normal, ce n’est pas une démarche spéciale, réagit Albert Moleka en indiquant qu’il approuve tout ce qui est légal. Il précise que l’applicabilité de cette mesure soit opérationnelle à tout le monde.

Dura lex sed lex, pour cet analyste politique il faut que chaque congolais doit se soumettre à la loi car il n’y a pas d’exemption, et c’est ça là l’état de droit, or face à la réalité au pays de Lumumba nous sommes très loin d’en arriver.

Abordant la situation dans l’est du pays précisément l’éruption volcanique de goma, interrogé Albert Moleka à ce sujet qui estime que l’Etat congolais a failli à 1000/ dans sa mission primaire celle de garantir la vie de son peuple.

Ce problème de goma est connu du monde entier avant même l’indépendance, nous avons même des scientifiques sur terrain depuis de lustre qui font de rapports de la situation au gouvernement, la question qu’on se pose est ce que ce dernier les lu ? Ce n’est pas une anecdote mais une réalité dit, il ya 43 ans en 1978, j’étais à goma pour assister au mariage de ma sœur cadette, à cette époque le nyamulagira avait fait son éruption, et il y avait d’énormes dégâts.

En parlant avec certains spécialistes à la matière qui disaient que le jour où le nyirangongo se mettra en activité c’est ce jour là nous réaliserons qu’il faille déplacer cette ville au risque qu’elle entre dans le lac pour produire l’éruption souterraine soit lacustre.

Je suis content d’apprendre que les autorités provinciales ont décidé d’évacuer la population, mais celle ci ira où ? Certaine comme mon fils qui vient de traverser vers Kigali et bientôt il sera à Kinshasa, mais pour ceux qui n’ont pas où aller, quel serait leur sort ? Je demande à ce que l’Etat congolais puisse assumer ses responsabilités.

Nous étions d’ailleurs au courant qu’une délégation ministérielle avait rejoint goma par Kigali dommage aucun fruit palpable jusqu’à présent. Albert Moleka conclut en insistant sur l’existence de la covid 19, et demande à la population de respecter les gestes barrières.

Rédaction

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières nouvelles